Ville d'art et d'histoire Expos en 2013

Expos en 2013

Vetrotex

Le 24 octobre 2011, l’usine A (fermée en 2005), site originel de l’activité Verre textile, est vendue à la Ville de Chambéry en vue d’y établir un éco-quartier.
A l’occasion de cet évènement, une exposition historique est présentée. Spontanément des objets, produits sont collectés à l’hôtel de Cordon. Devant cet enthousiasme, il est décidé en lien avec des personnes ayant travaillé ou travaillant encore dans la fibre de verre de réaliser une seconde exposition.

Quand le verre devient fil
Les verriers de la Haute-Egypte, en chauffant puis en étirant de la pâte de verre en fusion, inventèrent la première fibre artificielle, la fibre de verre. Ce fil commence à être produit industriellement au début des années 1930. D’abord utilisée pour une application textile, la fibre de verre découvre sa principale vocation à la naissance des premières matières plastiques. Elle est le renfort idéal des plastiques armés en allégeant considérablement leur poids. Les matériaux composites envahissent notre quotidien (circuits imprimés, cuves, panneau de construction, coques de véhicules, ski, mobilier plastique…).

Histoire d’un fil qui a conquis le monde
Dans les années 1935/37, Saint-Gobain acquiert les droits pour utiliser les procédés développés par Owens Illinois. Dès 1950, l’ancienne usine R.I.V. de Chambéry est choisie pour rassembler l’activité verre textile du groupe sur le territoire français. Afin d’assurer une forme d’indépendance technologique, Verre Textile met en place un laboratoire de recherche qui va prendre une dimension européenne puis mondiale. Il sera à l’origine de nombreuses avancées technologiques. Dans le début des années 1980, une réorganisation de l’activité fibre de verre est repensée à l’échelle de l’Europe visant à une plus rationalisation de la production. La fin du XXe siècle est marquée par une ouverture vers des marchés émergents.

Les « vétros », une histoire d’équipe
« Il faut le reconnaître, c’est une entreprise qui a fait le bonheur de Chambéry à une époque. Et puis qui a fait le nôtre, on faisait un boulot vachement intéressant. »
L’activité fibre de verre est dite à feu continu, jour, nuit, fin de semaine, jour férié, la production ne cesse pas. Ceci crée des spécificités :

    – les 3 x 8
    – une grande majorité de doubles actifs
    – un métier d’homme, après le développement du travail de nuit dans les ateliers de finissage, les femmes disparaissent de la production.

L’entreprise rassemblant jusqu’à 1860 personnes, le comité d’entreprise, véritable petite usine, assumait d’une part, des attributions économiques et d’autre part, sociales et culturelles et disposait pour ce faire, des moyens matériels et financiers nécessaires. Bibliothèque, activités sportives, culturelles, voyages, colonies étaient proposés aux salariés, leurs conjoints et enfants.

Le verre textile, ce sont aussi des luttes sociales contées par trois syndicalistes appartenant aux syndicats majoritaires : CGT, CFDT, CGC.

Henry Jacques Le Même (1897-1997) Architecte : Art du détail et génie du lieu

Durant une carrière d’architecte de près de 60 ans, Henry Jacques Le Même a conçu plus de 900 projets dans une trentaine de départements français répondant à quelques 800 commanditaires différents. C’est une production considérable.
Au-delà des chiffres, l’œuvre de Le Même se caractérise par des architectures singulières répondant à une grande diversité de commandes et qui témoignent d’une page de notre histoire récente.

L’exposition itinérante Henry Jacques Le Même (1897-1997) architecte – Art du détail et génie du lieu revisite le parcours original de l’architecte à travers les thématiques emblématiques qui ont traversé son œuvre. Les reproductions d’archives inédites, croquis, plans, dessins, illustrent la pratique architecturale telle qu’elle fut exercée par Le Même.
Le contenu de l’exposition se compose d’une approche biographique, de repères chronologiques, d’extraits sonores d’interviews de l’architecte. Il s’appuie sur la connaissance scientifique issue de la recherche menée par Mélanie Manin doctorante en architecture au sein du CAUE et commissaire de l’exposition. Au cœur de l’exposition neuf thématiques permettent aux visiteurs de découvrir les projets emblématiques conçus par Le Même :

      – De la commande insolite à l’invention du chalet du skieur
        – Vivre en station
          – Architecture contre la tuberculose
            – Détail, sur mesure et plaisir du matériau
              – L’architecte du bois
                – Architecture de l’utopie sociale
                  – Art et architecture
                    – La reconstruction
                      – Les 30 glorieuses

L’exposition est une production du CAUE de Haute-Savoie qui en assure la diffusion et le financement, en partenariat avec la région Rhône-Alpes, l’Union Régionale des CAUE, le département de la Haute-Savoie, les Archives départementales de la Haute-Savoie, la DRAC et les communes de Megève, Passy et Ugine. La scénographie et le graphisme de l’exposition ont été réalisés par le Collectif Zoom.

Plus d’infos sur le CAUE 74

Transplantation, Bertrand Stofleth

Double exposition au centre hospitalier de Chambéry et au CIAP

Le centre hospitalier de Chambéry s’est engagé dans le projet de construction d’un nouvel hôpital pour remplacer l’actuel bâtiment Jacques Dorstter. L’établissement de santé va connaitre une profonde transformation jusqu’à l’inauguration du nouvel hôpital prévu en 2015. Afin de constituer une mémoire de ce changement, la mission culture du centre hospitalier a proposé un projet d’ »Observatoire Photographique » tout au long de cette période charnière dans l’histoire de notre hôpital. C’est l’artiste photographe Bertrand Stofleth, spécialisé en observatoire photographique du paysage qui a été choisi pour mener ce projet.

Plus d’infos sur l’Observatoire Photographique

Par et pour les enfants : À musée vous !

Le projet « A musée vous ! » mené en coopération entre neuf maisons de l’enfance de Chambéry, le CIAP (Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine) et les Musées a pour objectif de permettre aux enfants de faire connaissance avec le monde de l’art… pas des œuvres uniquement, mais des métiers, des bâtiments, des acteurs de la vie des musées. Ainsi, au premier trimestre de l’année scolaire 2012-2013, plus de 160 enfants de 6 à 12 ans sont entrés au cœur des musées !

Après avoir visité, discuté, joué, ils ont été amenés à réfléchir à leur propre projet muséographique, allant vers la création d’un musée imaginaire. Leurs œuvres ont ensuite été exposées au Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine, l’Hôtel de Cordon.